Musée/Exposition, Paris

Jeff Koons s’expose au Centre Georges Pompidou

Image

(3 photos)

La pyramide du Louvre accueille depuis Avril 2014 ,et ce pour un an et demi, l’artiste contemporain Claude Lévêque avec son installation de plus de 22 mètres de haut. Cette exposition sera complétée en 2015 par une autre intervention dans les fossés médiévaux du Palais et est intitulée « Sous le plus grand chapiteau du monde ».

 

_MG_8597

_MG_8594

_MG_8563

Paris

La pyramide du Louvre frappée par la foudre

Image
Street art

Tableaux au fort d’Aubervilliers

(13 photos)

Laurence Favory

_MG_8843

_MG_8840

_MG_8845

 

Jimmy C.

_MG_8847_HDR

 

Guy Denning

_MG_8850

 

Kouka

_MG_8852_HDR

_MG_8853

_MG_8854_HDR

 

 

FKDL

_MG_8858_HDR

 

Stoul

_MG_8866

_MG_8868

 

Mickael Beerens

_MG_8859

 

Stéphane Carricondo

_MG_8865

Par défaut
Musée/Exposition

David Cintract

Voici est expo que je qualifierai d’étrange, bizarre et que je vous l’avoue j’ai hésité à photographier.

Mais plus je regardais ces sculptures et plus les détails me plaisaient.

David Cintrac, artiste français contemporain, est à l’initiative du mouvement Pop libre qui, inspiré de l’héritage d’Andy Warhol, Roy Lichtenstein…, pose un regard interrogateur et provocateur sur le monde moderne. Utilisant tous ses sens, il passe avec une aisance déconcertante des techniques traditionnelles de peinture aux technologies actuelles telles le digigraphie, la photographie, l’inclusion d’objets divers et de jouets. Il projette sa vision de la société de consommation sur tous supports : toiles, poupées ou mannequins de vitrine. Il s’inspire de l’actualité, du cinéma ou de la bande dessinée pour mieux jouer de la couleur. DJ de l’image et de la matière, David Cintract se définit comme un artiste concepteur visuel et tactile.

_MG_3237 _MG_3239 _MG_3244 _MG_3246

Par défaut
Musée/Exposition, Nature, Paris

Noces végétales

Dans le cadre majestueux des grandes serres, Noces végétales déroule un parcours initiatique dans les rites et les symboles du mariage. Les noces que l’on célèbre sont celles qui associent dans un troublant mimétisme, la dentelle silicone et une flore exubérante.

_MG_2308

Une exposition à parcourir :

La Fondation Atelieres d’Art de France présente Noces Végétales, avec la participation du Muséum national d’Histoire naturelle; la première exposition parisienne du créateur Tzuri Gueta, au coeur des Grandes Serres du Jardin des Plantes. Lauréat du Prix Le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France, Tzuri Gueta s’est vu offrir la possibilité de présenter ses créations textiles sous une  forme exceptionnelle dans un lieu choisi pour sa singularité.

Utilisant une matière naturelle issue du silicium associée au textile pour créer des oeuvres d’inspiration organique, Tzuri Gueta sublime une nature protégée et contrôlée.

Vivez une expérience visuelle et sensorielle en vous immergeant dans le silence d’une végétation en trompe-l’oeil. Découvrez la nature autrement, à travers le regard d’un artiste qui s’empare du lieu.

(Source : plaquette descriptive de l’exposition)

Portrait du créateur Tzuri Gueta :

Né sur les rivages d’Israël, diplômé d’un master d’Ingénieur textile obtenu au Shenkar College of Engineering and Design, Tzuri Gueta est tout autant artiste et explorateur. Inventeur d’une technique unique et brevetée de « dentelle silicone », il révèle à travers ses textiles, ses parures et ses mises en scènes, réalisées entièrement à la main, un univers résolument organique, végétal ou géologique.

Arrivé à Paris en 1996, il collabore régulièrement avec de prestigieuses maisons de haute couture. Gardant en mémoire les formes des éléments brasés par les fonds sous-marins, Tzuri Gueta aime à reporduire les lignes des coraux, les coloris, mais aussi l’impression de mouvement généré par le courant. En 2010, c’est une exposition personnelle centrée sur son travail textile qui lui est consacrée au Muse d’Art contemporain de Tel Aviv. En 2012, il devient lauréat du Prix Le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France.

Vestige :

Une calèche posée sur un bassin annonce le début d’un voyage immersif. Avec sa structure en métal habillé d’une dentelle de coquillages de silicone, elle entretient la confusion sur son origine. Vient-elle d’un monde sous-marin ou bien d’une jungle épaisse qui aurait colonisé la structure?

_MG_2310 _MG_2311 _MG_2312 _MG_2314 _MG_2317

Alliances :

Les « peaux »de dentelle empreintes de silicone moulant deux arbres, au point que l »-‘écorce traverse la trame de dentelle. Une fusion s’opère entre les végétaux naturels et une nature artificielle. Pour cette oeuvre, Tzuri Gueta a choisi d’introduire deux arbres coupés et démontables dont il prolonge les branches par des « prothèses » en silicone.

_MG_2785

Reminiscences :

Dans la moiteur de la serre, l’eau joue un rôle essentiel, notamment dans l’espace du bassin qui s’impose comme la clef de voûte du parcours.

De multiples îlots sculptés et recouverts de maille de silicone investissent ce bassin.

_MG_2770 _MG_2795

Ziquq :

Au-desus du bassin, une cascade de gouttes de silicone purificatrices, imposante par sa blancheur et son ampleur, ruisselle.

_MG_2779 _MG_2796 _MG_2833 _MG_2848 _MG_2836 _MG_2843

Par défaut
Musée/Exposition

Musée de l’école de Nancy

A l’intérieur de la maison, les meubles, les objets d’art, les verreries, les céramiques, les tissus témoignent de la diversité des techniques travaillées par les artistes de l’École de Nancy. Des pièces uniques et de prestige sont visibles, réalisations d’une grande virtuosité technique, mais également des objets édités et diffusés à un grand nombre d’exemplaires. Représentatifs de “l’Art pour tous”, il s’agit de petits meubles marquetés, de verres gravés à l’acide ou encore de céramiques de série.

Le musée ne présente pas une stricte reconstitution de l’époque 1900 mais, par la mise en situation d’œuvres, il essaie de restituer l’atmosphère de cette période. Les espaces sont disposés de façon à favoriser le parcours libre et introduire immédiatement le visiteur dans l’intimité des œuvres des artistes nancéiens. Le musée offre également un aperçu du mouvement Art nouveau français avec des œuvres de Guimard, Chaplet, Selmersheim, Carabin.

Une part importante est réservée à Emile Gallé, dont le musée conserve une collection de verreries riche de plus de 400 pièces, mais aussi des oeuvres de céramique. Sont également présentés quelques uns des plus beaux meubles de Gallé, dont la commode “Les parfums d’autrefois”, la table “Le Rhin » et le lit “Aube et Crépuscule”.

Un ensemble de meubles permet d’apprécier toute l’élégance de la production de Louis Majorelle, qui réalisa le piano à queue à décor de pommes de pin dont la marqueterie a été dessinée par Victor Prouvé, – artiste lui aussi bien représenté.

Par ailleurs, ce dernier apporta son concours à la réalisation de l’exceptionnelle salle à manger Masson. Cet ensemble d’Eugène Vallin est présenté dans sa quasi-totalité. Réalisé en 1904 pour Charles Masson, beau-frère d’Eugène Corbin, il témoigne de la virtuosité de Vallin et démontre la réelle originalité de l’École de Nancy dans sa recherche de l’unité de l’art.

Source (Musée de l’Ecole de Nancy )

IMG_6855 IMG_6802 IMG_6801 IMG_6869

Par défaut